Ouvrir le menu principal

Page:Verne - Voyages et aventures du capitaine Hatteras.djvu/407

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Un quart d’heure après, la petite troupe reprenait sa marche aux flambeaux au milieu de l’humide obscurité.

Mais si l’on alla plus droit, on n’alla pas plus vite, et ces ténébreuses vapeurs ne se dissipèrent pas avant le 6 juillet ; la terre s’étant alors refroidie, un coup de vent du nord vint emporter tout ce brouillard comme les lambeaux d’une étoffe déchirée.

Aussitôt, le docteur releva la position et constata que les voyageurs n’avaient pas fait dans cette brume une moyenne de huit milles par jour.

Le 6, on se hâta donc de regagner le temps perdu, et l’on partit de bon matin. Altamont et Bell reprirent leur poste de marche à l’avant, sondant le terrain et éventant le gibier ; Duk les accompagnait ; le temps, avec son étonnante mobilité, était redevenu très-clair et très-sec, et, bien que les guides fussent à deux milles du traîneau, le docteur ne perdait pas de vue un seul de leurs mouvements.


'The Field of Ice' by Riou and Montaut 096.jpg


Il fut donc fort étonné de les voir s’arrêter tout d’un coup et demeurer dans une posture de stupéfaction ; ils semblaient regarder vivement au loin, comme des gens qui interrogent l’horizon.

Puis, se courbant vers le sol, ils l’examinaient avec attention et se relevaient surpris. Bell parut même vouloir se porter en avant ; mais Altamont le retint de la main.

« Ah ça ! que font-ils donc ? dit le docteur à Johnson.

— Je les examine comme vous, monsieur Clawbonny, répondit le vieux marin, et je ne comprends rien à leurs gestes.