Ouvrir le menu principal

Page:Verne - Voyages et aventures du capitaine Hatteras.djvu/375

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



À huit heures du matin, Hatteras et ses deux compagnons avaient franchi une distance de sept milles environ. Pas un être vivant n’était encore venu solliciter un coup de fusil de leur part, et leur chasse menaçait de tourner à l’excursion.

Ce pays nouveau offrait de vastes plaines qui se perdaient au-delà des limites du regard ; des ruisseaux nés d’hier les sillonnaient en grand nombre, et de vastes mares, immobiles comme des étangs, miroitaient sous l’oblique éclat du soleil. Les couches de glace dissoute livraient au pied un sol appartenant à la grande division des terrains sédimentaires dus à l’action des eaux, et si largement étendus à la surface du globe.

'The Field of Ice' by Riou and Montaut 069.jpg

On voyait cependant quelques blocs erratiques d’une nature fort étrangère au sol qu’ils recouvraient, et dont la présence s’expliquait difficilement ; mais les schistes ardoisés, les divers produits des terrains calcaires, se rencontraient en abondance, et surtout des espèces de cristaux curieux, transparents, incolores et doués de la réfraction particulière au spath d’Islande.

Mais, bien qu’il ne chassât pas, le docteur n’avait pas le temps de faire le géologue ; il ne pouvait être savant qu’au pas de course, car ses compagnons marchaient rapidement. Cependant il étudiait le terrain, et il causait le plus possible, car, sans lui, un silence absolu eût régné dans la petite troupe. Altamont n’avait aucune envie de parler au capitaine, qui ne désirait pas lui répondre.