Ouvrir le menu principal

Page:Verne - Voyages et aventures du capitaine Hatteras.djvu/342

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


en bêtes très-intelligentes, employaient ce moyen pour étouffer leur proie. Ils entassaient les glaçons de manière à rendre toute fuite impossible.

« C’est dur ! dit le vieux Johnson d’un air très mortifié. Que des hommes vous traitent ainsi, passe encore, mais des ours ! »

'The Field of Ice' by Riou and Montaut 050.jpg

Après cette réflexion, deux heures s’écoulèrent sans amener de changement dans la situation des prisonniers ; le projet de sortie était devenu impraticable ; les murailles épaissies arrêtaient tout bruit extérieur. Altamont se promenait avec l’agitation d’un homme audacieux qui s’exaspère de trouver un danger supérieur à son courage. Hatteras songeait avec effroi au docteur, et au péril très sérieux qui le menaçait à son retour.

« Ah ! s’écria Johnson, si M. Clawbonny était ici !

— Eh bien ! que ferait-il ? répondit Altamont.