Ouvrir le menu principal

Page:Verne - Voyages et aventures du capitaine Hatteras.djvu/334

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



— Les vôtres, répondit vivement le docteur.

— Et les vôtres. Johnson ?

— Ceux du docteur, répondit le maître d’équipage.

— À vous de parler. Bell, dit Hatteras.

— Capitaine, répondit le charpentier, nous n’avons pas de famille qui nous attende en Angleterre, c’est vrai, mais enfin le pays, c’est le pays ! ne pensez-vous donc pas au retour ?

— Le retour, reprit le capitaine, se fera aussi bien après la découverte du pôle. Mieux même. Les difficultés ne seront pas accrues, car, en remontant, nous nous éloignons des points les plus froids du globe. Nous avons pour longtemps encore du combustible et des provisions. Rien ne peut donc nous arrêter, et nous serions coupables de ne pas être allés jusqu’au bout.

— Eh bien, répondit Bell, nous sommes tous de votre opinion, capitaine.

— Bien, répondit Hatteras. Je n’ai jamais douté de vous. Nous réussirons, mes amis, et l’Angleterre aura toute la gloire de notre succès.

— Mais il y a un Américain parmi nous, » dit Johnson.

Hatteras ne put retenir un geste de colère à cette observation.

« Je le sais, dit-il d’une voix grave.

— Nous ne pouvons l’abandonner ici, reprit le docteur.

— Non ! nous ne le pouvons pas ! répondit machinalement Hatteras.

— Et il viendra certainement !

— Oui ! il viendra ! mais qui commandera ?

— Vous, capitaine.

— Et si vous m’obéissez, vous autres, ce Yankee refusera-t-il d’obéir ?

— Je ne le pense pas, répondit Johnson ; mais enfin s’il ne voulait pas se soumettre à vos ordres ?…

— Ce serait alors une affaire entre lui et moi. »

Les trois Anglais se turent en regardant Hatteras. Le docteur reprit la parole.

« Comment voyagerons-nous ? dit-il.

— En suivant la côte autant que possible, répondit Hatteras.

— Mais si nous trouvons la mer libre, comme cela est probable ?

— Eh bien, nous la franchirons.

— De quelle manière ? nous n’avons pas d’embarcation. »

Hatteras ne répondit pas ; il était visiblement embarrassé.

« On pourrait peut-être, dit Bell, construire une chaloupe avec les débris du Porpoise.

— Jamais ! s’écria violemment Hatteras.