Ouvrir le menu principal

Page:Verne - Voyages et aventures du capitaine Hatteras.djvu/297

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



— Sans compter, répliqua Bell, que cela simplifie les instructions en voyage et facilite l’exécution des ordres ; nous pouvons être forcés de nous séparer pendant quelque expédition, ou dans une chasse, et rien de tel pour retrouver son chemin que de savoir comment il se nomme.

— Eh bien, dit le docteur, puisque nous sommes tous d’accord à ce sujet, tâchons de nous entendre maintenant sur les noms à donner, et n’oublions ni notre pays, ni nos amis dans la nomenclature. Pour moi, quand je jette les yeux sur une carte, rien ne me fait plus de plaisir que de relever le nom d’un compatriote au bout d’un cap, à côté d’une île ou au milieu d’une mer. C’est l’intervention charmante de l’amitié dans la géographie.

— Vous avez raison, docteur, répondit l’Américain, et, de plus, vous dites ces choses-là d’une façon qui en rehausse le prix.

— Voyons, répondit le docteur, procédons avec ordre. »

Hatteras n’avait pas encore pris part à la conversation ; il réfléchissait. Cependant les yeux de ses compagnons s’étant fixés sur lui, il se leva et dit :

« Sauf meilleur avis, et personne ici ne me contredira, je pense — en ce moment, Hatteras regardait Altamont — il me paraît convenable de donner à notre habitation le nom de son habile architecte, du meilleur d’entre nous, et de l’appeler Doctor’s-House.

— C’est cela, répondit Bell.

— Bien ! s’écria Johnson, la Maison du Docteur !

— On ne peut mieux faire, répondit Altamont. Hurrah pour le docteur Clawbonny ! »

Un triple hurrah fut poussé d’un commun accord, auquel Duk mêla des aboiements d’approbation.

« Ainsi donc, reprit Hatteras, que cette maison soit ainsi appelée en attendant qu’une terre nouvelle nous permette de lui décerner le nom de notre ami.

— Ah ! fit le vieux Johnson, si le paradis terrestre était encore à nommer, le nom de Clawbonny lui irait à merveille ! »

Le docteur, très-ému, voulut se défendre par modestie ; il n’y eut pas moyen ; il fallut en passer par là. Il fut donc bien et dûment arrêté que ce joyeux repas venait d’être pris dans le grand salon de Doctor’s-House, après avoir été confectionné dans la cuisine de Doctor’s-House, et qu’on irait gaiement se coucher dans la chambre de Doctor’s-House.

« Maintenant, dit le docteur, passons à des points plus importants de nos découvertes.