Ouvrir le menu principal

Page:Verne - Voyages et aventures du capitaine Hatteras.djvu/294

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





CHAPITRE VII. — UNE DISCUSSION CARTOLOGIQUE.


Pendant ces préparatifs d’hivernage, Altamont avait repris entièrement ses forces et sa santé ; il put même s’employer au déchargement du navire. Sa vigoureuse constitution l’avait enfin emporté, et sa pâleur ne put résister longtemps à la vigueur de son sang.

'The Field of Ice' by Riou and Montaut 024.jpg

On vit renaître en lui l’individu robuste et sanguin des États-Unis, l’homme énergique et intelligent, doué d’un caractère résolu, l’Américain entreprenant, audacieux, prompt à tout ; il était originaire de New-York, et naviguait depuis son enfance, ainsi qu’il l’apprit à ses nouveaux compagnons ; son navire le Porpoise avait été équipé et mis en mer par une société de riches négociants de l’Union, à la tête de laquelle se trouvait le fameux Grinnel.

Certains rapports existaient entre Hatteras et lui, des similitudes de caractère, mais non des sympathies. Cette ressemblance n’était pas de nature à faire des amis de ces deux hommes ; au contraire. D’ailleurs un observateur eût fini par démêler entre eux de graves désaccords ; ainsi, tout en paraissant déployer plus de franchise, Altamont devait être moins franc qu’Hatteras ; avec plus de laisser-