Ouvrir le menu principal

Page:Verne - Voyages et aventures du capitaine Hatteras.djvu/272

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Après de cruelles fatigues, la maison fut prête, et toute la troupe s’y blottit.

Ainsi se passa la journée. Le soir, pendant que ses compagnons demeuraient sans mouvement, Johnson eut une sorte d’hallucination ; il rêva d’ours gigantesque.

'The Field of Ice' by Riou and Montaut 013.jpg

Ce mot, souvent répété par lui, attira l’attention du docteur, qui, tiré de son engourdissement, demanda au vieux marin pourquoi il parlait d’ours, et de quel ours il s’agissait.

« L’ours qui nous suit, répondit Johnson.

— L’ours qui nous suit ? répéta le docteur.

— Oui, depuis deux jours !

— Depuis deux jours ! Vous l’avez vu ?