Ouvrir le menu principal

Page:Verne - Voyages et aventures du capitaine Hatteras.djvu/255

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



— Non, répondit le docteur, mais à coup sûr la côte ne viendra pas à nous ; il faut l’aller chercher. Peut-être trouverons-nous plus au sud des tribus d’Esquimaux avec lesquelles nous pourrons entrer facilement en relation.

— D’ailleurs, reprit Johnson, ne peut-on rencontrer dans le détroit quelque bâtiment forcé d’hiverner ?

— Et au besoin, répondit le docteur, puisque le détroit est pris, ne pouvons-nous en le traversant atteindre la côte occidentale du Groënland, et de là, soit de la terre Prudhoë, soit du cap York, gagner quelque établissement danois ? Enfin, Hatteras, rien de tout cela ne se trouve sur ce champ de glace ! La route de l’Angleterre est là-bas, au sud, et non ici, au nord !

— Oui, dit Bell, M. Clawbonny a raison, il faut partir, et partir sans retard. Jusqu’ici, nous avons trop oublié notre pays et ceux qui nous sont chers !

— C’est votre avis, Johnson ? demanda encore une fois Hatteras.

— Oui, capitaine.

— Et le vôtre, docteur ?

— Oui, Hatteras. »

Hatteras restait encore silencieux ; sa figure, malgré lui, reproduisait toutes ses agitations intérieures. Avec la décision qu’il allait prendre se jouait le sort de sa vie entière ; s’il revenait sur ses pas, c’en était fait à jamais de ses hardis desseins ; il ne fallait plus espérer renouveler une quatrième tentative de ce genre.

Le docteur, voyant que le capitaine se taisait, reprit la parole :

« J’ajouterai, Hatteras, dit-il, que nous ne devons pas perdre un instant ; il faut charger le traîneau de toutes nos provisions, et emporter le plus de bois possible. Une route de six cents milles dans ces conditions est longue, j’en conviens, mais non infranchissable ; nous pouvons, ou plutôt, nous devrons faire vingt milles[1] par jour, ce qui en un mois nous permettra d’atteindre la côte, c’est-à-dire vers le 25 mars…

— Mais, dit Hatteras, ne peut-on attendre quelques jours ?

— Qu’espérez-vous ? répondit Johnson.

— Que sais-je ? Qui peut prévoir l’avenir ? Quelques jours encore ! C’est d’ailleurs à peine de quoi réparer vos forces épuisées ! Vous n’aurez pas fourni deux étapes, que vous tomberez de fatigue, sans une maison de neige pour vous abriter !

— Mais une mort horrible nous attend ici ! s’écria Bell.

  1. Environ huit lieues.