Ouvrir le menu principal

Page:Verne - Voyages et aventures du capitaine Hatteras.djvu/199

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


quable et d’une finesse qui déjoue tous les stratagèmes ; il fut impossible de les approcher, et les balles les plus adroites ne purent les atteindre.

L’équipage du brick fut sérieusement menacé de mourir de froid ; il était incapable de résister quarante-huit heures à une température pareille, qui envahirait la salle commune. Chacun voyait venir avec terreur la fin du dernier morceau de combustible.

Or, cela arriva le 20 décembre, à trois heures du soir ; le feu s’éteignit ; les matelots, rangés en cercle autour du poêle, se regardaient avec des yeux hagards. Hatteras demeurait immobile dans son coin ; le docteur, suivant son habitude, se promenait avec agitation ; il ne savait plus à quoi s’ingénier.

La température tomba subitement dans la salle à sept degrés au-dessous de zéro (-22° centig.).

Mais si le docteur était à bout d’imagination, s’il ne savait plus que faire, d’autres le savaient pour lui. Aussi Shandon, froid et résolu, Pen, la colère aux yeux, et deux ou trois de leurs camarades, de ceux qui pouvaient encore se traîner, s’avancèrent vers Hatteras.

« Capitaine ! » dit Shandon.

Hatteras, absorbé par ses pensées, ne l’entendit pas.

« Capitaine ! » répéta Shandon en le touchant de la main.

Hatteras se redressa.

« Monsieur, dit-il.

— Capitaine, nous n’avons plus de feu.

— Eh bien ? répondit Hatteras.

— Si votre intention est que nous mourions de froid, reprit Shandon avec une terrible ironie, nous vous prions de nous en informer !

— Mon intention, répondit Hatteras d’une voix grave, est que chacun ici fasse son devoir jusqu’au bout.

— Il y a quelque chose au-dessus du devoir, capitaine, répondit le second, c’est le droit à sa propre conservation. Je vous répète que nous sommes sans feu, et si cela continue, dans deux jours, pas un de nous ne sera vivant !

— Je n’ai pas de bois, répondit sourdement Hatteras.

— Eh bien ! s’écria violemment Pen, quand on n’a plus de bois, on va en couper où il en pousse ! »

Hatteras pâlit de colère.

« Où cela ? dit-il.

— À bord, répondit insolemment le matelot.

— À bord ! reprit le capitaine, les poings crispés, l’œil étincelant.