Ouvrir le menu principal

Page:Verne - Voyages et aventures du capitaine Hatteras.djvu/194

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


à moins de huit degrés du pôle ; les aurores boréales entrevues dans les régions tempérées n’en donnent aucune idée, même affaiblie ; il semble que la Providence ait voulu réserver à ces climats ses plus étonnantes merveilles.

Des parasélènes nombreuses apparaissaient également pendant la durée de la lune, dont plusieurs images se présentaient alors dans le ciel, en accroissant son éclat ; souvent aussi, de simples halos lunaires entouraient l’astre des nuits, qui brillait au centre d’un cercle lumineux avec une splendide intensité.

'The English at the Noth Pole' by Riou and Montaut 108.jpg

Le 26 novembre, il y eut une grande marée, et l’eau s’échappa avec violence par le trou à feu ; l’épaisse couche de glace fut comme ébranlée par le soulèvement de la mer, et des craquements sinistres annoncèrent la lutte sous-marine ; heureusement le navire tint ferme dans son lit, et ses chaînes seules travaillèrent