Ouvrir le menu principal

Page:Verne - Voyages et aventures du capitaine Hatteras.djvu/174

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



— En effet on dirait une troupe immense d’animaux antédiluviens, de ceux que l’on suppose avoir habité le pôle ! Ils se pressent ! Ils se hâtent à qui arrivera le plus vite.

— Et, ajouta Johnson, il y en a qui sont armés de lances aiguës dont je vous engage à vous défier, monsieur Clawbonny.

— C’est un véritable siège ! s’écria le docteur ; eh bien ! courons sur les remparts. »

Et il se précipita vers l’arrière, où l’équipage armé de perches, de barres de fer, d’anspects, se préparait à repousser cet assaut formidable.

L’avalanche arrivait et gagnait de hauteur, en s’accroissant des glaces environnantes qu’elle entraînait dans son tourbillon ; d’après les ordres d’Hatteras, le canon de l’avant tirait à boulets pour rompre cette ligne menaçante. Mais elle arriva et se jeta sur le brick ; un craquement se fit entendre, et, comme il fut abordé par la hanche de tribord, une partie de son bastingage se brisa.

« Que personne ne bouge ! s’écria Hatteras. Attention aux glaces ! »

Celles-ci grimpaient avec une force irrésistible ; des glaçons pesant plusieurs quintaux escaladaient les murailles du navire ; les plus petits, lancés jusqu’à la hauteur des hunes, retombaient en flèches aiguës, brisant les haubans, coupant les manœuvres. L’équipage était débordé par ces ennemis innombrables, qui, de leur masse, eussent écrasé cent navires comme le Forward. Chacun essayait de repousser ces rocs envahissants, et plus d’un matelot fut blessé par leurs arrêtes aiguës, entre autres Bolton, qui eut l’épaule gauche entièrement déchirée. Le bruit prenait des proportions effrayantes. Duk aboyait avec rage après ces ennemis d’une nouvelle sorte. L’obscurité de la nuit accrut bientôt l’horreur de la situation, sans cacher ces blocs irrités dont la blancheur répercutait les dernières lueurs éparses dans l’atmosphère.

Les commandements d’Hatteras retentissaient toujours au milieu de cette lutte étrange, impossible, surnaturelle, des hommes avec des glaçons. Le navire, obéissant à cette pression énorme, s’inclinait sur bâbord, et l’extrémité de sa grande vergue s’arc-boutait déjà contre le champ de glace, au risque de briser son mât.

Hatteras comprit le danger ; le moment était terrible ; le brick menaçait de se renverser entièrement, et la mâture pouvait être emportée.

Un bloc énorme, grand comme le navire lui-même, parut alors s’élever le long de la coque ; il se soulevait avec une irrésistible puissance ; il montait, il dépassait déjà la dunette ; s’il se précipitait sur le Forward, tout était fini ; bientôt il se dressa debout, sa hauteur dépassant les vergues de perroquet, et il oscilla sur sa base.