Ouvrir le menu principal

Page:Verne - Voyages et aventures du capitaine Hatteras.djvu/171

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



On reconnaît Clifton à cette remarque intéressée.

« Lorsque nous aurons dépassé le soixante-dix-huitième degré, ajouta-t-il, et nous n’en sommes pas loin, cela fera juste trois cent soixante-quinze livres pour chacun[1], six fois huit degrés !

— Mais, répondit Gripper, ne les perdrons-nous pas, si nous revenons sans le capitaine ?

— Non, répondit Clifton, lorsqu’il sera prouvé que le retour était devenu indispensable.

— Mais le capitaine… cependant…

— Sois tranquille, Gripper, répondit Pen, nous en aurons un capitaine, et un bon, que M. Shandon connaît. Quand un commandant devient fou, on le casse et on en nomme un autre. N’est-ce pas, monsieur Shandon ?

— Mes amis, répondit Shandon évasivement, vous trouverez toujours en moi un cœur dévoué. Mais attendons les événements. »

L’orage, on le voit, s’amassait sur la tête d’Hatteras. Celui-ci, ferme, inébranlable, énergique, toujours confiant, marchait avec audace. En somme, s’il n’avait pas été maître de la direction de son navire, celui-ci s’était vaillamment comporté ; la route parcourue en cinq mois représentait la route que d’autres navigateurs mirent deux ou trois ans à faire ! Hatteras se trouvait maintenant dans l’obligation d’hiverner ; mais cette situation ne pouvait effrayer des cœurs forts et décidés, des âmes éprouvées et aguerries, des esprits intrépides et bien trempés ! Sir John Ross et Mac Clure ne passèrent-ils pas trois hivers successifs dans les régions arctiques ? Ce qui s’était fait ainsi, ne pouvait-on le faire encore ?

« Certes, répétait Hatteras, et plus, s’il le faut ! Ah ! disait-il avec regret au docteur, que n’ai-je pu forcer l’entrée de Smith, au nord de la mer de Baffin, je serais maintenant au pôle !

— Bon ! répondait invariablement le docteur, qui eût inventé la confiance au besoin, nous y arriverons, capitaine, sur le quatre-vingt-dix-neuvième méridien au lieu du soixante-quinzième, il est vrai ; mais qu’importe ? si tout chemin mène à Rome, il est encore plus certain que tout méridien mène au pôle. »

Le 31 août, le thermomètre marqua treize degrés (-10° centig.). La fin de la saison navigable arrivait ; le Forward laissa l’île Exmouth sur tribord, et, trois jours après, il dépassa l’île de la Table, située au milieu du canal Belcher. À une époque moins avancée, il eût été possible peut-être de regagner par ce canal la mer de Baffin, mais alors il ne fallait pas y songer, ce bras de mer, entièrement

  1. 9.375 fr.