Page:Verne - Voyages et aventures du capitaine Hatteras.djvu/15

Cette page a été validée par deux contributeurs.
5
LES ANGLAIS AU POLE NORD

affilé comme un rasoir, et capable de couper un trois-ponts en deux, si le Forward, lancé à toute vitesse, l’abordait par le travers.

— Bien sûr, répondit un pilote de la Mersey, car ce brick-là file joliment ses quatorze nœuds à l’heure avec son hélice. C’était merveille de le voir fendre le courant, quand il a fait ses essais. Croyez-moi, c’est un fin marcheur.

— Et à la voile, il n’est guère embarrassé non plus, reprit maître Cornhill ; il va droit dans le vent et gouverne à la main ! Voyez-vous, ce bateau-là va tâter des mers polaires, ou je ne m’appelle pas de mon nom ! Et tenez, encore un détail ! Avez-vous remarqué la large jaumière par laquelle passe la tête de son gouvernail ?

— C’est ma foi vrai, répondirent les interlocuteurs de maître Cornhill ; mais qu’est-ce que cela prouve ?

— Cela prouve, mes garçons, riposta le maître avec une dédaigneuse satisfaction, que vous ne savez ni voir, ni réfléchir ; cela prouve qu’on a voulu donner du jeu à la tête de ce gouvernail, afin qu’il pût être facilement placé ou déplacé. Or, ignorez-vous qu’au milieu des glaces, c’est une manœuvre qui se reproduit souvent ?

— Parfaitement raisonné, répondirent les matelots du Nautilus.

— Et d’ailleurs, reprit l’un d’eux, le chargement de ce brick confirme l’opinion de maître Cornhill. Je le tiens de Clifton, qui s’est bravement embarqué. Le Forward emporte des vivres pour cinq ou six ans, et du charbon en conséquence. Charbon et vivres, c’est là toute sa cargaison, avec une pacotille de vêtements de laine et de peaux de phoque.

— Eh bien, fit maître Cornhill, il n’y a plus à en douter ; mais enfin, l’ami, puisque tu connais Clifton, Clifton ne t’a-t-il rien dit de sa destination ?

— Il n’a rien pu me dire ; il l’ignore ; l’équipage est engagé comme cela. Où va-t-il ? Il ne le saura guère que lorsqu’il sera arrivé.

— Et encore, répondit un incrédule, s’ils vont au diable, comme cela m’en a tout l’air.

— Mais aussi quelle paye, reprit l’ami de Clifton en s’animant, quelle haute paye ! cinq fois plus forte que la paye habituelle ! Ah ! sans cela, Richard Shandon n’aurait trouvé personne pour s’engager dans des circonstances pareilles ! Un bâtiment d’une forme étrange, qui va on ne sait où, et n’a pas l’air de vouloir beaucoup revenir ! Pour mon compte, cela ne m’aurait guère convenu.

— Convenu ou non, l’ami, répliqua maître Cornhill, tu n’aurais jamais pu faire partie de l’équipage du Forward.

— Et pourquoi cela ?