Ouvrir le menu principal

Page:Verne - Voyages et aventures du capitaine Hatteras.djvu/139

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Clawbonny, un savant qui ne pense qu’à savoir, Johnson, un marin esclave de la discipline et qui ne prend pas la peine de raisonner, peut-être un ou deux hommes encore, comme Bell, le charpentier, quatre au plus, et nous sommes dix-huit à bord ! Non, Wall, Hatteras n’a pas la confiance de l’équipage, il le sait bien, il l’amorce par l’argent ; il a profité habilement de la catastrophe de Franklin pour opérer un revirement dans ces esprits mobiles ; mais cela ne durera pas, vous dis-je, et, s’il ne parvient pas à atterrir à l’île Beechey, il est perdu !

— Si l’équipage pouvait se douter…

— Je vous engage, répondit vivement Shandon, à ne pas lui communiquer ces observations ; il les fera de lui-même. En ce moment, d’ailleurs, il est bon de continuer à suivre la route du nord. Mais qui sait si ce qu’Hatteras croit être une marche vers le pôle n’est pas un retour sur ses pas. Au bout du canal Mac-Clintock est la baie Melville, et là débouche cette suite de détroits qui ramènent à la baie de Baffin. Qu’Hatteras y prenne garde ! le chemin de l’est est plus facile que le celui du nord. »

On voit par ces paroles quelles étaient les dispositions de Shandon, et combien le capitaine avait droit de pressentir un traître en lui.

Shandon raisonnait juste, d’ailleurs, quand il attribuait la satisfaction actuelle de l’équipage à cette perspective de dépasser bientôt le soixante-douzième parallèle. Cet appétit d’argent s’empara des moins audacieux du bord. Clifton avait fait le compte de chacun avec une grande exactitude.

En retranchant le capitaine et le docteur, qui ne pouvaient être admis à partager la prime, il restait seize hommes sur le Forward. La prime étant de mille livres, cela donnait une somme de soixante-deux livres et demie[1] par tête et par degré. Si jamais on parvenait au pôle, les dix-huit degrés à franchir réservaient à chacun une somme de onze cent vingt-cinq livres[2], c’est-à-dire une fortune. Cette fantaisie-là coûterait dix-huit mille livres[3] au capitaine ; mais il était assez riche pour se payer pareille promenade au pôle.

Ces calculs enflammèrent singulièrement l’avidité de l’équipage, comme on peut le croire, et plus d’un aspirait à dépasser cette latitude dorée, qui, quinze jours auparavant, se réjouissait de descendre vers le sud.

Le Forward, dans la journée du 16 juin, rangea le cap Aworth. Le mont Rawlinson dressait ses pics blancs vers le ciel ; la neige et la brume le faisaient paraître colossal en exagérant sa distance ; la température se maintenait à

  1. 1562 fr. 50 c.
  2. 28,125 fr.
  3. 450,000 fr.