Ouvrir le menu principal

Page:Verne - Voyages et aventures du capitaine Hatteras.djvu/121

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


il paraissait peu goûter ce projet d’atteindre le pôle ; il s’effrayait volontiers des résolutions d’Hatteras, dont la réputation d’audace n’avait rien de rassurant. Hatteras cherchait à profiter de toutes les occasions d’aller en avant, quelles qu’en fussent les conséquences. Et cependant, dans les mers boréales, avancer c’est bien, mais il faut encore conserver sa position et ne pas se mettre en danger de la perdre.

Le Forward filait à toute vapeur ; sa fumée noire allait se contourner en spirales sur les pointes éclatantes des ice-bergs ; le temps variait sans cesse, passant d’un froid sec à des brouillards de neige avec une extrême rapidité. Le brick, d’un faible tirant d’eau, rangeait de près la côte de l’ouest ; Hatteras ne voulait pas manquer l’entrée du détroit de Bellot, car le golfe de Boothia n’a d’autre sortie au sud que le détroit mal connu de la Fury et de l’Hecla ; ce golfe devenait donc une impasse, si le détroit de Bellot était manqué ou devenait impraticable.

Le soir, le Forward fut en vue de la baie d’Elwin, que l’on reconnut à ses hautes roches perpendiculaires ; le mardi matin, on aperçut la baie Batty, où, le 10 septembre 1851, le Prince-Albert s’ancra pour un long hivernage. Le docteur, sa lunette aux yeux, observait la côte avec intérêt. De ce point rayonnèrent les expéditions qui établirent la configuration géographique de North-Sommerset. Le temps était clair et permettait de distinguer les profondes ravines dont la baie est entourée.

Le docteur et maître Johnson, seuls peut-être, s’intéressaient à ces contrées désertes. Hatteras, toujours courbé sur ses cartes, causait peu ; sa taciturnité s’accroissait avec la marche du brick vers le sud ; il montait souvent sur la dunette, et là, les bras croisés, l’œil perdu dans l’espace, il demeurait des heures entières à fixer l’horizon. Ses ordres, s’il en donnait, étaient brefs et rudes. Shandon gardait un silence froid, et peu à peu, se retirant en lui-même, il n’eut plus avec Hatteras que les relations exigées par les besoins du service ; James Wall restait dévoué à Shandon et modelait sa conduite sur la sienne. Le reste de l’équipage attendait les événements, prêt à en profiter dans son propre intérêt. Il n’y avait plus à bord cette unité de pensées, cette communion d’idées si nécessaire pour l’accomplissement des grandes choses. Hatteras le savait bien.

On vit pendant la journée deux baleines filer rapidement vers le sud ; on aperçut également un ours blanc qui fut salué de quelques coups de fusil sans succès apparent. Le capitaine connaissait le prix d’une heure dans ces circonstances, et ne permit pas de poursuivre l’animal.

Le mercredi matin, l’extrémité du canal du Régent fut dépassée ; l’angle de