Ouvrir le menu principal

Page:Verne - Voyages et aventures du capitaine Hatteras.djvu/101

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


pas un homme de l’équipage ne revit l’Angleterre, à l’exception du seul Hatteras, rapatrié par un baleinier danois, après une marche de plus de deux cents milles à travers les glaces.

La sensation produite par ce retour d’un seul homme fut immense. Qui oserait désormais suivre Hatteras dans ses folles tentatives ? Cependant il ne désespéra pas de recommencer. Son père, le brasseur, mourut, et il devint possesseur d’une fortune de nabab.

Sur ces entrefaites, un fait géographique se produisit, qui porta le coup le plus sensible à John Hatteras.

Un brick, l’Advance, monté par dix-sept hommes, armé par le négociant Grinnel, commandé par le docteur Kane, et envoyé à la recherche de sir John Franklin, s’éleva, en 1853, par la mer de Baffin et le détroit de Smith, jusqu’au-delà du quatre-vingt-deuxième degré de latitude boréale, plus près du pôle qu’aucun de ses devanciers.

Or, ce navire était Américain, ce Grinnel était Américain, ce Kane était Américain !

On comprendra facilement que le dédain de l’Anglais pour le Yankee se changea en haine dans le cœur d’Hatteras ; il résolut de dépasser à tout prix son audacieux concurrent, et d’arriver au pôle même.

Depuis deux ans, il vivait incognito à Liverpool. Il passait pour un matelot. Il reconnut dans Richard Shandon l’homme dont il avait besoin ; il lui fit ses propositions par lettre anonyme, ainsi qu’au docteur Clawbonny. Le Forward fut construit, armé, équipé. Hatteras se garda bien de faire connaître son nom ; il n’eût pas trouvé un seul homme pour l’accompagner. Il résolut de ne prendre le commandement du brick que dans des conjonctures impérieuses, et lorsque son équipage serait engagé assez avant pour ne pas reculer ; il avait, en réserve, comme on l’a vu, de telles offres d’argent à faire à ses hommes, que pas un ne refuserait de le suivre jusqu’au bout du monde.

Et c’était bien au bout du monde, en effet, qu’il voulait aller.

Or, les circonstances étant devenues critiques, John Hatteras n’hésita plus à se déclarer.

Son chien, le fidèle Duk, le compagnon de ses traversées, fut le premier à le reconnaître, et, heureusement pour les braves, malheureusement pour les timides, il fut bien et dûment établi que le capitaine du Forward était John Hatteras.