Ouvrir le menu principal

Page:Verne - Voyage au centre de la Terre.djvu/221

Cette page a été validée par deux contributeurs.


vait être que fort approximative ; mais un savant est toujours un savant, quand il parvient à conserver son sang-froid, et certes, le professeur Lidenbrock possédait cette qualité à un degré peu ordinaire. Je l’entendais murmurer des mots de la science géologique ; je les comprenais, et je m’intéressais malgré moi à cette étude suprême.

Peu à peu, nous avions dû quitter nos vêtements.

« Granit éruptif, disait-il ; nous sommes encore à l’époque primitive ; mais nous montons ! nous montons ! Qui sait ? »

Qui sait ? Il espérait toujours.

De sa main il tâtait la paroi verticale, et, quelques instants plus tard, il reprenait ainsi :