Ouvrir le menu principal

Page:Verne - Voyage au centre de la Terre.djvu/131

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Nous descendions une sorte de vis tournante

saillie, les jambes pendantes, on causait en mangeant, et l’on se désaltérait au ruisseau.

Il va sans dire que, dans cette faille, le Hans-bach s’était fait cascade au détriment de son volume ; mais il suffisait et au delà à étancher notre soif ; d’ailleurs, avec les déclivités moins accusées, il ne pouvait manquer de reprendre son cours paisible. En ce moment il me rappelait mon digne oncle, ses impatiences et ses colères, tandis que, par les pentes adoucies, c’était le calme du chasseur islandais.

Le 6 et le 7 juillet, nous suivîmes les spirales de cette faille pénétrant encore de deux lieues dans l’écorce terrestre, ce qui faisait près de cinq lieues au-dessous