Ouvrir le menu principal

Page:Verne - Un capitaine de quinze ans, Hetzel, 1878.djvu/55

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
45
S. V.

bien, il ne s’agit ici que de deux lettres, deux lettres spéciales, et non d’un mot choisi au hasard. Après tout, ce chien qui sonnait à la porte d’un couvent pour s’emparer du plat destiné aux pauvres passants, cet autre qui, chargé, en même temps que l’un de ses semblables, de faire tourner la broche de deux jours l’un, et qui refusait de remplir cet office quand son tour n’était pas venu, ces deux chiens, dis-je, allaient plus loin que Dingo dans ce domaine de l’intelligence, qui est réservé à l’homme. D’ailleurs, nous sommes en présence d’un fait indiscutable. De toutes les lettres de cet alphabet, Dingo n’a choisi que ces deux-ci : S et V. Les autres, il ne semble même pas les connaître. Il faut donc en conclure que, pour une raison qui nous échappe, son attention a été spécialement attirée sur ces deux lettres.

— Ah ! capitaine Hull, répondit le jeune novice, si Dingo pouvait parler !… Peut-être nous dirait-il ce que signifient ces deux lettres, et pourquoi il a conservé une dent contre notre maître-coq !

— Et quelle dent ! » répondit le capitaine Hull, au moment où Dingo, ouvrant la bouche, montrait ses formidables crocs.


CHAPITRE VI

une baleine en vue.


On le pense bien, ce singulier incident fit plus d’une fois le sujet des conversations qui se tenaient à l’arrière du Pilgrim entre Mrs. Weldon, le capitaine Hull et le jeune novice. Celui-ci, plus particulièrement, ressentit une défiance instinctive à l’égard de Negoro, dont la conduite, cependant, ne méritait aucun reproche.

À l’avant, on en causait aussi, mais on n’en tirait pas les mêmes conséquences. Là, dans le poste de l’équipage, Dingo passait tout simplement pour un chien qui savait lire, et peut-être même écrire mieux que plus d’un matelot du bord. Quant à parler, s’il ne le faisait pas, c’est qu’il avait probablement de bonnes raisons pour se taire.

« Mais, un beau jour, dit le timonier Bolton, un beau jour, ce chien-là viendra