Ouvrir le menu principal

Page:Verne - Un capitaine de quinze ans, Hetzel, 1878.djvu/295

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
285
un jour de grand marché.

Mais les pauvres gens n’étaient point séparés ! Elle leur sembla moins lourde à porter, la chaîne qui les attacha tous ensemble ! Le traitant arabe les fit conduire dans un baracon à part. Il tenait évidemment à ménager une marchandise qui lui promettait un gros profit au marché de Zanzibar.

Tom, Bat, Actéon et Austin quittèrent donc la place, et ils ne purent rien voir ni savoir de la scène qui allait terminer le grand lakoni de Kazonndé.


CHAPITRE XI

un punch offert au roi de kazonndé.


Il était quatre heures du soir, lorsqu’un grand fracas de tambours, de cymbales et autres instruments d’origine africaine retentit à l’extrémité de la rue principale. L’animation redoublait alors à tous les coins du marché. Une demi-journée de cris, de luttes, n’avait ni éteint la voix, ni brisé bras et jambes à ces négociants endiablés. Bon nombre d’esclaves restaient encore à vendre ; les traitants se disputaient les lots avec une ardeur dont la Bourse de Londres n’eût donné qu’une imparfaite idée, même un jour de grande hausse.

Mais, au discordant concert qui éclata soudain, les transactions furent suspendues, et les crieurs purent reprendre haleine.

Le roi de Kazonndé, Moini Loungga, venait honorer de sa visite le grand lakoni. Une suite assez nombreuse de femmes, de « fonctionnaires », de soldats et d’esclaves l’accompagnaient. Alvez et d’autres traitants se portèrent à sa rencontre et exagérèrent naturellement les hommages auxquels tenait particulièrement cet abruti couronné.

Moini Loungga, apporté dans un vieux palanquin, en descendit, non sans l’aide d’une dizaine de bras, au milieu de la grande place.

Ce roi avait cinquante ans, mais on lui en eût donné quatre-vingts. Qu’on se figure un vieux singe arrivé au terme de l’extrême vieillesse. Sur sa tête, une sorte de tiare, ornée de griffes de léopard teintes en rouge, et agrémentée de touffes de poils blanchâtres ; c’était la couronne des souverains de Kazonndé. À sa ceinture pendaient deux jupes en cuir de coudou, brodé de perles, et plus