Ouvrir le menu principal

Page:Verne - Un capitaine de quinze ans, Hetzel, 1878.djvu/172

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
162
un capitaine de quinze ans.

— Bah ! Dingo ne ferait qu’une bouchée de ces bêtes-là !

— N’importe, répondit Jack, dans un dernier bâillement, des guaras, ce sont des loups, puisqu’on les appelle des loups ! »

Et là-dessus, Jack s’endormit paisiblement dans les bras de Nan, qui était accotée au tronc du manguier. Mrs. Weldon, étendue près d’elle, donna un dernier baiser à son petit garçon, et ses yeux fatigués ne tardèrent pas à se fermer pour la nuit.

Quelques instants plus tard, Hercule ramenait au campement cousin Bénédict, qui venait de s’éloigner pour commencer une chasse aux pyrophores. Ce sont ces « cocuyos » ou mouches lumineuses, que les élégantes placent dans leur chevelure, comme autant de gemmes vivantes. Ces insectes, qui projettent une lumière vive et bleuâtre par deux taches situées à la base de leur corselet, sont très nombreux dans l’Amérique du Sud. Cousin Bénédict comptait donc en faire une bonne provision ; mais Hercule ne lui en laissa pas le temps, et, malgré ses récriminations, il le rapporta au lieu de halte. C’est que, quand Hercule avait une consigne, il l’exécutait militairement, — ce qui sauva sans doute de l’incarcération dans la boîte de fer-blanc de l’entomologiste une notable quantité de mouches lumineuses.

Quelques instants après, à l’exception du géant qui veillait, tous dormaient d’un profond sommeil.


CHAPITRE XVII

cent milles en dix jours


Le plus ordinairement, les voyageurs ou coureurs des bois qui ont dormi dans les forêts à la belle étoile sont réveillés par des hurlements aussi fantaisistes que désagréables. Il y a de tout dans ce concert matinal, du gloussement, du grognement, du croassement, du ricanement, de l’aboiement et presque du « parlement », si l’on veut bien accepter ce mot, qui complète la série de ces bruits divers.

Ce sont les singes qui saluent ainsi le lever du jour. Là se rencontrent le petit « marikina », le sagouin à masque bariolé, le « mono gris », dont les Indiens emploient la peau à recouvrir les batteries de leurs fusils, les sagous,