Page:Verne - Les Frères Kip (partie 1).djvu/67

Cette page a été validée par deux contributeurs.

61
vin mod à l’œuvre.

Church, après avoir doublé la presqu’île de Banks.

Cette journée du 27 s’annonça bien. Le soleil déborda d’un horizon dont les brumes se dissipèrent promptement. Un instant on put croire que la brise s’établirait au large ; mais, dès sept heures, elle vint de terre, et, sans doute, se maintiendrait au nord-ouest comme la veille. En pinçant le vent, le James-Cook pourrait atteindre le port de Wellington sans changer ses amures.

« Rien de nouveau ?… demanda M. Gibson à Flig Balt, lorsque le maître d’équipage sortit de sa cabine, où il avait passé les dernières heures de la nuit.

— Rien de nouveau, monsieur Gibson, répondit-il.

— Qui est à la barre ?…

— Le matelot Cannon.

— Vous n’avez pas eu à reprendre les nouvelles recrues dans le service ?…

— En aucune façon, et je crois ces gens-là meilleurs qu’ils ne paraissent.

— Tant mieux, Balt, car j’ai idée qu’à Wellington, comme à Dunedin, les capitaines doivent être à court d’équipages.

— C’est probable, monsieur Gibson…

— Et, somme toute, si je pouvais m’arranger de ceux-ci…