Page:Verne - Les Frères Kip (partie 1).djvu/309

Cette page a été validée par deux contributeurs.

303
incidents.


On le voit, ne croyant pas encore qu’il y eût mauvais vouloir chez Flig Balt, Karl Kip le tenait pour un médiocre marin. Aussi, sans que celui-ci pût s’en apercevoir, le surveillait-il le plus possible. Du reste, la présence de Karl Kip ne laissait pas de causer au nouveau capitaine certaine inquiétude, et il entendait agir avec prudence, en dépit des impatiences de Vin Mod, quand il essayerait de modifier la route de manière à rallier l’archipel des Salomon.

Après avoir passé à l’ouvert du canal Saint-Georges, le brick perdit de vue à la fois les extrêmes terres de la Nouvelle-Irlande et de la Nouvelle-Bretagne. À travers cette portion de mer, Flig Balt eut raison de mettre le cap au sud, car il ne voulait pas se rapprocher de la Nouvelle-Guinée. Mieux valait, quitte à allonger le parcours d’une cinquantaine de milles, se tenir au large de l’île Entrecasteaux. Il ne fallait point exposer le navire à une seconde attaque de ces Papouas, qu’on n’eût peut-être pas repoussée aussi heureusement que la première l’avait été.

Ce fut dans la journée du 15 que le James-Cook atteignit les limites de la Louisiade. La traversée s’était accomplie sans incidents. Après avoir laissé dans l’ouest l’île Rossel, la principale du groupe, la mer de Corail s’ouvrit