Page:Verne - Les Frères Kip (partie 1).djvu/299

Cette page a été validée par deux contributeurs.

293
l’assassinat.


Les recherches auxquelles s’était livré M. Hamburg n’avaient point donné de résultat. Le crime accompli, les meurtriers s’étaient sans doute hâtés de quitter Kerawara pour se réfugier chez les tribus du Neu-Lauenburg. Dans ces conditions, comment espérer jamais les découvrir, puisque les pirogues indigènes circulaient jour et nuit entre l’îlot et l’île ?… Retrouverait-on l’arme qui avait servi à l’assassinat et celui à qui elle appartenait ?… Seul le hasard pouvait intervenir en cette affaire, et interviendrait-il ?…

Le brick ne prolongea pas son séjour à Kerawara. Le matin même où se répandit la nouvelle du meurtre, il était prêt à prendre la mer pour revenir à Port-Praslin.

Aussi, d’accord avec M. Zieger, M. Hawkins fit-il venir le maître d’équipage dans le carré, et il lui dit :

« Flig Balt, le James-Cook a perdu son capitaine…

— Et c’est un grand malheur, répondit Flig Balt, dont la voix tremblait d’une émotion qui n’était pas celle de la douleur.

— Je sais, poursuivit M. Hawkins, combien mon malheureux ami avait confiance en vous… et, cette confiance, je suis disposé à vous la continuer. »

Le maître d’équipage, les yeux baissés,