Page:Verne - Les Frères Kip (partie 1).djvu/259

Cette page a été validée par deux contributeurs.

253
port-praslin.


Et, de fait, la question fut encore reprise ce jour-là par Len Cannon dans une conversation que ses camarades et lui eurent avec Flig Balt et Vin Mod. Ils en revenaient toujours à leur résolution de débarquer. En vain Vin Mod employait-il son éloquence en faisant intervenir le gibet, suivant son habitude… Il ne parvenait point à les persuader. Ces entêtés persistaient à vouloir quitter le bord.

« Enfin, dit-il, à bout d’arguments, ce n’est pas le navire qui vous déplaît ?…

— Si, répondit Len Cannon, du moment qu’il est commandé par son capitaine…

— Et si ce capitaine venait à disparaître ?…

— C’est la vingtième fois que tu nous chantes ce refrain, Mod, riposta le matelot Kyle, et nous voici à Port-Praslin, et dans trois semaines on en repartira pour Hobart-Town…

— Où nous ne voulons pas aller, dit Bryce.

— Et, déclara Sexton, nous sommes décidés à filer dès ce soir.

— Attendez au moins quelques jours, dit alors Flig Balt… jusqu’au départ du brick !… on ne sait ce qui peut arriver.

— Et puis, observa Vin Mod, déserter, c’est très bien… mais qu’est-ce que vous deviendrez ici ? »

En ce moment, le mousse Jim, qui se défiait