Page:Verne - Les Frères Kip (partie 1).djvu/221

Cette page a été validée par deux contributeurs.

215
en remontant vers le nord.


— Nous l’ignorions, déclara Pieter Kip. Mais êtes-vous sûr que ce soit un coup de feu ?… N’est-ce pas plutôt une javeline ou une zagaie que vous aurait lancée un de ces sauvages ?…

— Non, répondit Nat Gibson. Voici le chapeau de mon père, et vous voyez qu’il a été percé d’une balle. »

Il n’y eut aucun doute après l’examen du chapeau. En somme, il n’était pas surprenant que, pendant la lutte, au milieu de cette profonde obscurité, un des revolvers eût été mal dirigé, et l’on n’y pensa plus.

Vers sept heures et demie, la brise avait acquis assez de force et de régularité pour que le brick pût se mettre en route avec cap au nord-ouest. Perroquets et cacatois, bonnettes et voiles d’étai, qui portent bien sous l’allure du largue, furent hissées. Puis, l’appareillage terminé, le James-Cook reprit sa navigation interrompue depuis une vingtaine d’heures.

Avant midi, l’extrémité septentrionale de l’île d’Entrecasteaux était doublée. Au delà apparut une dernière fois la grande terre, où se profilait l’arête capricieuse des hautes montagnes qui dominent la côte orientale de la Nouvelle-Guinée.

Aussi loin que la vue pouvait s’étendre, la