Page:Verne - Les Frères Kip (partie 1).djvu/217

Cette page a été validée par deux contributeurs.

211
à travers la louisiade.

blessés ne songea même à regagner ni sa cabine, ni le poste d’équipage.

Lorsque Flig Balt et Vin Mod se retrouvèrent seuls à l’avant du brick, le matelot dit à voix basse :

« Manqué… on l’a manqué ! »

Et, si FIig Balt, suivant son habitude, ne répondit pas, Vin Mod savait bien ce que signifiait ce silence…

« Que voulez-vous, maître Balt, ajouta-t-il, au milieu d’une nuit si noire, on ajuste mal !… Après tout, il n’a même pas l’air de s’en être aperçu !… Une autre fois… on sera plus heureux ! »

Puis, se penchant à l’oreille de son compagnon :

« Fâcheux, tout de même !… murmura-t-il. À cette heure, Flig Balt serait le capitaine du brick, et Vin Mod son maître d’équipage ! »