Page:Verne - Les Frères Kip (partie 1).djvu/193

Cette page a été validée par deux contributeurs.

187
à travers la louisiade.

l’on vous saura gré d’y avoir assuré la navigation du commerce.

— Aussi, répondit Karl Kip, le gouvernement de Batavia ne cesse-t-il de s’en préoccuper. Pas une année ne s’écoule sans qu’un bâtiment soit envoyé à la baie de Triton, sur la côte nord de la Nouvelle-Guinée, où nous avons fondé une colonie…

— Et nous chercherons à en fonder d’autres, ajouta Pieter Kip. N’est-ce pas notre intérêt évident depuis que l’Allemagne a mis la main sur les archipels du nord ?…

— Vraiment, toutes les puissances maritimes auraient intérêt à vous y aider, observa Nat Gibson. Est-ce qu’elles n’ont pas, la plupart, un pied dans cette portion du Pacifique ?… Regardez ces noms inscrits sur les cartes : Nouvelle-Calédonie, Nouvelle-Zélande, Nouvelles-Hébrides, Nouveau-Hanovre, Nouvelle-Bretagne, Nouvelle-Irlande, sans parler de l’Australie, qui s’est appelée Nouvelle-Hollande, et dont l’Angleterre a l’exclusive possession ! »

Très juste, cette remarque. Les pavillons de toutes couleurs flottent sur ce domaine, colonial, et sa civilisation devrait faire de rapides progrès.

Ce qui n’est pas moins exact, c’est que ledit domaine est insuffisamment protégé jusqu’ici.