Page:Verne - Les Frères Kip (partie 1).djvu/181

Cette page a été validée par deux contributeurs.

175
la mer de corail.

débris de son arrière et de sa dunette… »

Flig Balt et Vin Mod, l’un près de l’autre, se parlaient a voix basse.

« Il ne manquerait plus que d’en embarquer encore… un ou deux !… »

Le maître d’équipage se contenta de hausser les épaules. Qu’il y eût des naufragés sur cette épave, c’était peu probable.

De fait, personne n’apparaissait. S’il s’y fût trouvé un ou plusieurs hommes, à moins d’être à demi morts de souffrance, ils se seraient montrés, ils auraient fait des signaux au brick depuis longtemps déjà… et… personne.

« Le canot à la mer ! » commanda M. Gibson en se tournant vers Flig Balt.

L’embarcation fut aussitôt déhalée des portemanteaux. Trois matelots prirent place aux avirons, Vin Mod, Wickley, Hobbes. Nat Gibson embarqua avec les deux frères, et Karl Kip se mit au gouvernail.

C’était bien la partie arrière de la Wilhelmina, dont la dunette presque entière avait surnagé après l’abordage. Tout l’avant manquait, ayant vraisemblablement coulé sous le poids de la cargaison, à moins que le courant ne l’eût entraîné au loin. Le mousse Jim, envoyé en tête du grand mât, cria qu’il n’apercevait aucune autre épave à la surface de la mer.