Page:Verne - Les Frères Kip (partie 1).djvu/134

Cette page a été validée par deux contributeurs.

128
les frères kip.


— J’en conviens, répondit Nat Gibson, et, à cette distance… il est possible que j’aie mal vu…

— Est-ce que l’île Norfolk est habitée maintenant ? demanda Hobbes.

— Non, répondit le jeune homme. Elle ne renferme pas d’indigènes… Cependant des naufragés peuvent avoir été contraints d’y chercher refuge…

— Et, s’il y a là des naufragés, ajouta Wickley, seraient-ce ceux de la Wilhelmina ?…

— À bord ! commanda Nat Gibson. Il est probable que demain le brick sera encore à cette place, et, avec nos longues-vues, nous parcourrons le littoral, qui sera en pleine lumière au lever du jour. »

Les deux matelots appuyèrent sur les avirons. En vingt minutes, le canot eut rallié le James-Cook. Puis, le capitaine, se défiant toujours d’une partie de son équipage, eut soin de faire remonter l’embarcation à son poste.

La pêche fut bien accueillie par M. Hawkins, et, comme il s’intéressait à l’histoire naturelle, il put à loisir étudier ces blennies, dont il n’avait jamais en aucun échantillon entre les mains.

Nat Gibson fit part à son père de ce qu’il croyait avoir aperçu au moment où il se déhalait des bancs de corail.