Page:Verne - Les Frères Kip (partie 1).djvu/128

Cette page a été validée par deux contributeurs.

122
les frères kip.

faire ce que ceux-ci eussent fait à leur place, à changer l’honnête brick de la maison Hawkins, de Hobart-Town, en un bâtiment de pirates, puis à exercer leurs brigandages précisément au milieu des parages du Pacifique central, où il est si difficile de les réprimer.

Donc, si le James-Cook n’avait plus rien à redouter actuellement aux approches de l’île Norfolk, puisque le pénitencier avait été transporté à Port-Arthur, il n’en était pas moins menacé par la présence des recrues de Dunedin, résolues à seconder les desseins de Vin Mod et du maître d’équipage.

« Eh bien, dit alors Nat Gibson, il n’y a pas de danger, père, me permets-tu de prendre le canot ?…

— Et que veux-tu faire ?…

— Pêcher au pied des roches… Nous avons encore deux heures de jour… C’est le bon moment, et je serai toujours en vue du brick. »

Il n’y avait aucun inconvénient à satisfaire le désir du jeune homme. Deux matelots et lui suffiraient pour tendre des lignes à l’accore des bancs de corail. Ces eaux étant très poissonneuses, ils ne reviendraient pas sans avoir fait bonne pêche.

D’ailleurs, M. Gibson crut devoir mouiller à cette place. Le courant portant plutôt vers le sud-est, il envoya son ancre avec trente-cinq