Ouvrir le menu principal

Page:Verne - Le Château des Carpathes.djvu/83

Cette page a été validée par deux contributeurs.


VI

Le mince croissant de la lune, délié comme une faucille d’argent, avait disparu presque aussitôt après le coucher du soleil. Des nuages, venus de l’ouest, éteignirent successivement les dernières lueurs du crépuscule. L’ombre envahit peu à peu l’espace en montant des basses zones. Le cirque de montagnes s’emplit de ténèbres, et les formes du burg disparurent bientôt sous le crêpe de la nuit.

Si cette nuit-là menaçait d’être très obscure, rien n’indiquait qu’elle dût être troublée par quelque météore atmosphérique, orage, pluie ou tempête. C’était heureux pour Nic Deck et son compagnon, qui allaient camper en plein air.

Il n’existait aucun bouquet d’arbres sur cet aride plateau d’Orgall. Çà et là seulement des buissons ras à ras de terre, qui n’offraient aucun abri contre les fraîcheurs nocturnes. Des roches tant qu’on en voulait, les unes à demi enfouies dans le sol, les autres, à peine en équilibre, et qu’une poussée eût suffi à faire rouler jusqu’à la sapinière.

En réalité, l’unique plante qui poussait à profusion sur ce sol pierreux, c’était un épais chardon appelé « épine russe », dont les graines, dit Elisée Reclus, furent apportées à leurs poils par les chevaux moscovites — « présent de joyeuse conquête que les Russes firent aux Transylvains ».

À présent, il s’agissait de s’accommoder d’une place quelconque pour y attendre le jour et se garantir contre l’abaissement de la température, qui est assez notable à cette altitude.