Ouvrir le menu principal

Page:Verne - Le Château des Carpathes.djvu/67

Cette page a été validée par deux contributeurs.


V

Le lendemain, Nic Deck et le docteur Patak se préparaient à partir sur les neuf heures du matin. L’intention du forestier était de remonter le col de Vulkan en se dirigeant par le plus court vers le burg suspect.

Après le phénomène de la fumée du donjon, après le phénomène de la voix entendue dans la salle du Roi Mathias, on ne s’étonnera pas que toute la population fût comme affolée. Quelques Tsiganes parlaient déjà d’abandonner le pays. Dans les familles, on ne causait plus que de cela — et à voix basse encore. Allez donc contester qu’il y eût du diable, « du Chort » dans cette phrase si menaçante pour le jeune forestier. Ils étaient là, à l’auberge de Jonas, une quinzaine, et des plus dignes d’être crus, qui avaient entendu ces étranges paroles. Prétendre qu’ils avaient été dupes de quelque illusion des sens, cela était insoutenable. Pas de doute à cet égard ; Nic Deck avait été nominativement prévenu qu’il lui arriverait malheur, s’il s’entêtait à son projet d’explorer le château des Carpathes.

Et, pourtant, le jeune forestier se disposait à quitter Werst, et sans y être forcé. En effet, quelque profit que maître Koltz eût à éclaircir le mystère du burg, quelque intérêt que le village eût à savoir ce qui s’y passait, de pressantes démarches avaient été faites pour obtenir de Nic Deck qu’il revînt sur sa parole. Éplorée, désespérée, ses beaux yeux noyés de larmes, Miriota l’avait supplié de ne point s’obstiner à cette aventure. Avant l’avertissement donné par la voix, c’était déjà grave. Après l’avertissement, c’était insensé. Et, à la veille de son