Ouvrir le menu principal

Page:Verne - Le Château des Carpathes.djvu/39

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Il n’acheva pas sa phrase. Miriota avait rougi en baissant ses jolis yeux. Au fait, pourtant, il n’est pas défendu à une honnête fille d’aller au-devant de son fiancé.

Elle et lui, l’un après l’autre, prirent la fameuse lunette et la dirigèrent vers le burg.

Entre-temps, une demi-douzaine de voisins étaient arrivés sur la terrasse, et, s’étant enquis du fait, ils se servirent tour à tour de l’instrument.

« Une fumée ! une fumée au burg !… dit l’un.

— Peut-être le tonnerre est-il tombé sur le donjon ?… fit observer l’autre.

— Est-ce qu’il a tonné ?… demanda maître Koltz, en s’adressant à Frik.

— Pas un coup depuis huit jours », répondit le berger.

Et ces braves gens n’auraient pas été plus ahuris, si on leur eût dit qu’une bouche de cratère venait de s’ouvrir au sommet du Retyezat, pour livrer passage aux vapeurs souterraines.