Ouvrir le menu principal

Page:Verne - Le Château des Carpathes.djvu/202

Cette page a été validée par deux contributeurs.


extrême dépit, le baron savait que l’éveil avait été donné par Rotzko qui, n’ayant point suivi son maître à l’intérieur du château, avait prévenu les autorités de Karlsburg. Une escouade d’agents était arrivée au village de Werst, et le baron de Gortz allait avoir affaire à trop forte partie. En effet, comment Orfanik et lui parviendraient-ils à se défendre contre une troupe nombreuse ? Les moyens employés contre Nic Deck et le docteur Patak seraient insuffisants, car la police ne croit guère aux interventions diaboliques. Aussi tous deux s’étaient-ils déterminés à détruire le burg de fond en comble, et ils n’attendaient plus que le moment d’agir. Un courant électrique était préparé pour mettre le feu aux charges de dynamite qui avaient été enterrées sous le donjon, les bastions, la vieille chapelle, et l’appareil, destiné à lancer ce courant, devait laisser au baron de Gortz et à son complice le temps de fuir par le tunnel du col de Vulkan. Puis, après l’explosion dont le jeune comte et nombre de ceux qui auraient escaladé l’enceinte du château seraient les victimes, tous deux s’enfuiraient si loin que jamais on ne retrouverait leurs traces.

Ce qu’il venait d’entendre de cette conversation avait donné à Franz l’explication des phénomènes du passé. Il savait maintenant qu’une communication téléphonique existait entre le château des Carpathes et le village de Werst. Il n’ignorait pas non plus que le burg allait être anéanti dans une catastrophe qui lui coûterait la vie et serait fatale aux agents de la police amenés par Rotzko. Il savait enfin que le baron de Gortz et Orfanik auraient le temps de fuir, — fuir en entraînant la Stilla, inconsciente…

Ah ! pourquoi Franz ne pouvait-il forcer l’entrée de la chapelle, se jeter sur ces deux hommes !… Il les aurait terrassés, il les aurait frappés, il les aurait mis hors d’état de nuire, il aurait pu empêcher l’effroyable ruine !

Mais ce qui était impossible en ce moment, ne le serait peut-être pas après le départ du baron. Lorsque tous deux auraient quitté la chapelle, Franz, se jetant sur leurs traces, les poursuivrait jusqu’au donjon, et, Dieu aidant, il ferait justice !