Ouvrir le menu principal

Page:Verne - Le Château des Carpathes.djvu/201

Cette page a été validée par deux contributeurs.


inexplicables prodiges, après la tentative de Nic Deck qui avait si mal tourné, la terreur fut au comble, et, ni pour or ni pour argent, personne n’eût voulu s’approcher — même à deux bons milles — de ce château des Carpathes, évidemment hanté par des êtres surnaturels.

Rodolphe de Gortz devait donc se croire à l’abri de toute curiosité importune, lorsque Franz de Télek arriva au village de Wertz.

Tandis qu’il interrogeait soit Jonas, soit maître Koltz et les autres, sa présence à l’auberge du Roi Mathias fut aussitôt signalée par le fil du Nyad. La haine du baron de Gortz pour le jeune comte se ralluma avec le souvenir des événements qui s’étaient passés à Naples. Et non seulement Franz de Télek était dans ce village, à quelques milles du burg, mais voilà que, devant les notables, il raillait leurs absurdes superstitions, il démolissait cette réputation fantastique qui protégeait le château des Carpathes, il s’engageait même à prévenir les autorités de Karlsburg, afin que la police vînt mettre à néant toutes ces légendes !

Aussi le baron de Gortz résolut-il d’attirer Franz de Télek dans le burg, et l’on sait par quels divers moyens il y était parvenu. La voix de la Stilla, envoyée à l’auberge du Roi Mathias par l’appareil téléphonique, avait provoqué le jeune comte à se détourner de sa route pour s’approcher du château ; l’apparition de la cantatrice sur le terre-plein du bastion lui avait donné l’irrésistible désir d’y pénétrer ; une lumière, montrée à une des fenêtres du donjon, l’avait guidé vers la poterne qui était ouverte pour lui donner passage. Au fond de cette crypte, éclairée électriquement, de laquelle il avait encore entendu cette voix si pénétrante, entre les murs de cette cellule, où des aliments lui étaient apportés alors qu’il dormait d’un sommeil léthargique, dans cette prison enfouie sous les profondeurs du burg et dont la porte s’était refermée sur lui, Franz de Télek était au pouvoir du baron de Gortz, et le baron de Gortz comptait bien qu’il n’en pourrait jamais sortir.

Tels étaient les résultats obtenus par cette collaboration mystérieuse de Rodolphe de Gortz et de son complice Orfanik. Mais, à son