Ouvrir le menu principal

Page:Verne - Le Château des Carpathes.djvu/200

Cette page a été validée par deux contributeurs.


ce qui se disait au Roi Mathias, et y faire entendre aussi tout ce qui lui convenait.

Durant les premières années, la tranquillité du burg ne fut aucunement troublée. La mauvaise réputation dont il jouissait suffisait à en écarter les habitants de Werst. D’ailleurs, on le savait abandonné depuis la mort des derniers serviteurs de la famille. Mais, un jour, à l’époque où commence ce récit, la lunette du berger Frik permit d’apercevoir une fumée qui s’échappait de l’une des cheminées du donjon. À partir de ce moment, les commentaires reprirent de plus belle, et l’on sait ce qui en résulta.

C’est alors que la communication téléphonique fut utile, puisque le baron de Gortz et Orfanik purent être tenus au courant de tout ce qui se passait à Werst. C’est par le fil qu’ils connurent l’engagement qu’avait pris Nic Deck de se rendre au burg, et c’est par le fil qu’une voix menaçante se fit soudain entendre dans la salle du Roi Mathias pour l’en détourner. Dès lors, le jeune forestier ayant persisté dans sa résolution malgré cette menace, le baron de Gortz décida-t-il de lui infliger une telle leçon qu’il perdît l’envie d’y jamais revenir. Cette nuit-là, la machinerie de Orfanik, qui était toujours prête à fonctionner, produisit une série de phénomènes purement physiques, de nature à jeter l’épouvante sur le pays environnant : cloche tintant au campanile de la chapelle, projection d’intenses flammes, mélangées de sel marin, qui donnaient à tous les objets une apparence spectrale, formidables sirènes d’où l’air comprimé s’échappait en mugissements épouvantables, silhouettes photographiques de monstres projetées au moyen de puissants réflecteurs, plaques disposées entre les herbes du fossé de l’enceinte et mises en communication avec des piles dont le courant avait saisi le docteur par ses bottes ferrées, enfin décharge électrique, lancée des batteries du laboratoire, et qui avait renversé le forestier, au montent où sa main se posait sur la ferrure du pont-levis.

Ainsi que le baron de Gortz le pensait, après l’apparition de ces