Ouvrir le menu principal

Page:Verne - La Jangada, 1881, t1.djvu/240

Cette page a été validée par deux contributeurs.

232
LA JANGADA.


XVII

une attaque


Cependant, si Manoel ne disait rien, pour ne pas provoquer quelque scène violente à bord, le lendemain, il eut la pensée de s’expliquer avec Benito au sujet de Torrès.

« Benito, lui dit-il, après l’avoir emmené à l’avant de la jangada, j’ai à te parler. »

Benito, si souriant d’ordinaire, s’arrêta en regardant Manoel, et tout son visage s’assombrit.

« Je sais pourquoi, dit-il. Il s’agit de Torrès ?

— Oui, Benito !

— Eh bien, moi aussi, j’ai à te parler de lui, Manoel.

— Tu as donc remarqué ses assiduités près de Minha ! dit Manoel en pâlissant.