Ouvrir le menu principal

Page:Verne - La Jangada, 1881, t1.djvu/199

Cette page a été validée par deux contributeurs.

191
EN DESCENDANT ENCORE.


XIV

en descendant encore


Le lendemain matin, 27 juin, dès l’aube, les amarres étaient larguées, et la jangada continuait à dériver au courant du fleuve.

Un personnage de plus était à bord. En réalité, d’où venait ce Torrès ? On ne le savait pas au juste. Où allait-il ? À Manao, avait-il dit, Torrès s’était d’ailleurs gardé de rien laisser soupçonner de sa vie passée, ni de la profession qu’il exerçait encore deux mois auparavant, et personne ne pouvait se douter que la jangada eût donné asile à un ancien capitaine des bois. Joam Garral n’avait pas voulu gâter par des questions trop pressantes le service qu’il allait lui rendre.

En le prenant à bord, le fazender avait obéi à un sentiment d’humanité. Au milieu de ces vastes