Ouvrir le menu principal

Page:Verne - Hector Servadac, Tome 1.pdf/254

Cette page a été validée par deux contributeurs.


CHAPITRE XXI


OÙ L’ON VERRA QUELLE CHARMANTE SURPRISE LA NATURE FAIT, UN BEAU SOIR, AUX HABITANTS DE GALLIA.


C’était, en effet, une merveilleuse habitation, toute chauffée, tout éclairée, que cette caverne, où le petit monde de Gallia trouverait aisément place. Et non-seulement Hector Servadac et « ses sujets », comme disait volontiers Ben-Zouf, pourraient s’y loger confortablement, mais les deux chevaux du capitaine et un nombre assez considérable d’animaux domestiques auraient là un abri contre le froid jusqu’à la fin de l’hiver gallien, — si cet hiver devait jamais avoir un terme.

Cette énorme excavation — cela fut aussitôt reconnu