Ouvrir le menu principal

Page:Verne - Hector Servadac, Tome 1.pdf/101

Cette page a été validée par deux contributeurs.


CHAPITRE X


OÙ, LA LUNETTE AUX YEUX, LA SONDE À LA MAIN, ON CHERCHE À RETROUVER QUELQUES VESTIGES DE LA PROVINCE D’ALGER.


La Dobryna, admirablement et solidement construite dans les chantiers de l’île de Wight, était une excellente embarcation de deux cents tonneaux, qui eût parfaitement suffi à un voyage de circumnavigation. Colomb et Magellan n’eurent jamais, à beaucoup près, de navires ni aussi grands ni aussi sûrs, lorsqu’ils s’aventurèrent à travers l’Atlantique et le Pacifique. En outre, la Dobryna avait pour plusieurs mois de vivres dans ses cambuses, — ce qui, le cas échéant, lui permettrait de faire le tour de la Méditerranée sans être obligée à se ravitailler en route. Il faut ajouter qu’il n’avait pas été nécessaire d’accroître son lest à