Ouvrir le menu principal

Page:Verne - César Cascabel, 1890.djvu/89

Cette page a été validée par deux contributeurs.
78
césar cascabel.


Néanmoins, pendant la marche, et malgré la défense de M. Cascabel, des regards investigateurs se portaient incessament à la surface du sol. N’importe quel caillou semblait à Napoléone, et surtout à Sandre, valoir son pesant d’or. Et pourquoi non ? Dans l’ordre des richesses aurifères, l’Amérique du Nord ne tient-elle pas le premier rang ? L’Australie, la Russie, le Vénézuela, la Chine, ne viennent qu’après elle !

Cependant, la saison des pluies avait commencé. Chaque jour, il tombait de grosses averses, et le cheminement en était rendu plus difficile.

Le guide indien pressait l’attelage. Il craignait que les rios ou les creeks, affluents du Frazer, presque à sec jusqu’alors, ne vinssent à se gonfler sous des crues soudaines. Comment les franchirait-on, s’ils n’offraient pas des endroits guéables ? La Belle-Roulotte risquerait de rester en détresse, pendant les quelques semaines que durait la saison pluvieuse. Il fallait donc hâter le pas pour sortir de la vallée du Frazer.

On a dit que les indigènes de cette contrée n’étaient point à craindre depuis que les Tchilicottes avaient été refoulés vers l’est.

Rien de plus vrai ; mais elle renfermait certains animaux redoutables ― des ours entre autres ― dont la rencontre eut offert de réels dangers.

Il arriva même que Sandre en fit l’expérience dans une circonstance où il faillit payer cher le tort d’avoir désobéi à son père.

C’était le 17 mai, l’après-midi. La famille avait fait halte à une cinquantaine de pas au delà d’un creek, que l’attelage venait de traverser à sec. Ce creek, très encaissé, aurait été absolument infranchissable, si quelque crue subite l’eût transformé en torrent.

La halte devait durer une couple d’heures, Jean alla chasser en avant, tandis que Sandre, bien qu’il eût l’ordre de ne pas s’éloigner du campement, repassait le creek sans être vu, et revenait en arrière, n’emportant qu’une corde longue d’une douzaine de pieds, enroulée à sa ceinture.