Ouvrir le menu principal

Page:Verne - César Cascabel, 1890.djvu/84

Cette page a été validée par deux contributeurs.
73
suite du voyage.


On sait de quelle utilité ce ruminant est pour l’Indien des Prairies, qui n’hésite pas à l’attaquer soit à la lance, soit à la flèche. Sa peau, c’est le lit du wigwam, c’est la couverture de la famille, et il est de ces « robes » qui se vendent jusqu’à vingt piastres. Quant à la chair, les indigènes la font sécher au soleil ; ils la coupent en longues tranches : précieuse ressource pour les mois de disette.

Si, le plus ordinairement, les Européens ne mangent que la langue du bison ― et c’est, en réalité, un morceau des plus délicats ― le personnel de la petite troupe se montra moins difficile. Rien n’était à dédaigner pour ces jeunes estomacs. D’ailleurs, cette chair grillée, rôtie, bouillie, Cornélia l’accommoda de si agréable façon, qu’elle fut déclarée excellente et suffit à de nombreux repas. Mais de la langue de l’animal, chacun n’en put avoir qu’un petit morceau et, de l’avis général, on n’avait jamais rien mangé de meilleur.

Pendant la première quinzaine du voyage à travers la Colombie, il ne se produisit pas d’autre incident qui soit digne d’être rapporté. Toutefois le temps commençait à se modifier, et l’époque n’était pas éloignée où des pluies torrentielles viendraient, sinon empêcher, du moins retarder la marche vers le nord.

Il y avait aussi à craindre, dans ces conditions, que le Frazer ne vînt à déborder par suite d’une crue excessive. Or, ce débordement eût mis la Belle-Roulotte dans le plus grand embarras, pour ne pas dire le plus grand danger.

Par bonheur, lorsque les pluies tombèrent, si le fleuve ne tarda pas à grossir rapidement, il ne s’éleva qu’à l’affleurement de ses rives. Les plaines échappèrent ainsi à l’inondation, qui les eût submergées jusqu’à la limite des forêts, étagées sur les premières rampes de la vallée. La voiture, sans doute, n’avança plus que très péniblement, parce que ses roues s’enlisaient dans le sol détrempé : mais, sous son toit étanche et solide, la famille Cascabel trouva le sûr abri qu’elle lui avait déjà offert tant de fois contre les rafales et la tempête.