Ouvrir le menu principal

Page:Verne - César Cascabel, 1890.djvu/54

Cette page a été validée par deux contributeurs.
43
grande détermination.

trouvons par le fait de ces malfaiteurs… Des Anglais, des Englishmen !… Donc, il s’agit de ne pas aller par quatre chemins, d’autant plus qu’il n’y en a pas quatre… Il n’y en a qu’un, et c’est celui que nous prendrons tout à l’heure !

— Lequel ? demanda Sandre.

— Je vous ferai tout à l’heure connaître le projet qui m’est venu à la tête, répondit M. Cascabel. Mais, pour savoir s’il est exécutable, il faut que Jean apporte sa machine où il y a des cartes…

— Mon atlas, dit Jean.

— Oui, ton atlas. Tu dois être très fort en géographie !… Va chercher ton atlas.

À l’instant, père. »

Et, lorsque l’atlas eut été déposé sur la table, M. Cascabel reprit en ces termes :

« Il est bien entendu, enfants, quoique ces coquins d’Anglais — comment ne me suis-je pas douté que c’étaient des Anglais ! — nous aient volé notre coffre — pourquoi ai-je eu l’idée d’acheter un coffre ! — il est bien entendu, dis-je, que nous ne renonçons pas à notre idée de retourner en Europe…

— Y renoncer ?… jamais ! s’écria Mme Cascabel.

— Dignement répondu, Cornélia ! Nous voulons rentrer en Europe, et nous y rentrerons ! Nous voulons revoir la France et nous la reverrons ! Ce n’est pas parce que des gueux nous ont dépouillé que… Moi d’abord il me faut l’air du pays, ou je mourrai…

— Et je ne veux pas que tu meures, César ! Nous sommes partis pour l’Europe… malgré tout, nous y arriverons…

— Et de quelle façon ? demanda Jean, avec insistance. Oui ! de quelle façon ?

— En effet, de quelle façon ?… répondit M. Cascabel, qui se grattait le front. Certainement, en donnant des représentations sur notre route, nous parviendrons à gagner au jour le jour de quoi conduire la Belle-Roulotte jusqu’à New York… Mais, une fois là, faute de la somme nécessaire pour payer sa place, pas de paquebot !… Et, sans