Ouvrir le menu principal

Page:Verne - César Cascabel, 1890.djvu/436

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
423
dénouement très applaudi des spectateurs.

hurrahs bien mérités. Jamais cet homme supérieur n’avait montré plus hautement tout ce qu’une nature énergique peut prendre d’empire sur elle-même. L’honneur de la famille Cascabel était sauf. C’est un nom que les descendants des Moscovites prononceraient toujours avec admiration et respect.

Mais, si le public avait suivi avec intérêt cette partie du programme, avec quelle impatience il attendait la seconde ! Pendant l’entracte, on ne parlait que de cela dans les couloirs.

Après une suspension de dix minutes, qui avait permis aux spectateurs d’aller prendre l’air, la foule rentra, et pas une place ne resta inoccupée.

Depuis une heure déjà, Ortik et Kirschef étaient revenus de leur tournée, ramenant une demi-douzaine de comparses. Comme on le devine, c’étaient précisément ceux de leurs anciens compagnons qu’ils avaient rencontrés dans le défilé de l’Oural.

M. Cascabel examina attentivement sa nouvelle figuration.

« Bonnes têtes ! s’écria-t-il. Bonnes faces !… Beaux torses !… L’air un peu trop honnête peut-être pour remplir des rôles de brigands !… Enfin, avec des perruques hérissées et des barbes terribles, j’en ferai quelque chose ! »

Et, comme M. Cascabel ne paraissait qu’à la fin de la pièce, il eut le temps nécessaire pour préparer ses recrues, les habiller, les coiffer, en un mot, pour en faire des bandits présentables.

Puis, Clou-de-Girofle frappa les trois coups.

À ce moment, dans un théâtre bien machiné, le rideau se fût levé sur les derniers accords de l’orchestre. S’il ne se leva pas, cette fois, c’est qu’il n’y a point de rideaux aux pistes de cirque, même quand elles servent de scène.

Mais que l’on ne s’imagine pas qu’il n’y eût pas de décor, ou, du moins quelque apparence de décor. À gauche, une armoire, avec une croix peinte, figurait l’église, ou plutôt la chapelle, dont le clocher devait être dans la coulisse ; au centre, se développait la place publique du village, naturellement représentée par la piste ; à