Ouvrir le menu principal

Page:Verne - César Cascabel, 1890.djvu/414

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
401
une longue journée.

Kama, et qui fait un important commerce de métaux. Ce n’était qu’un simple bourg, avant le xviiie siècle. Mais, après avoir été enrichi par la découverte d’une mine de cuivre en 1723, le bourg fut déclaré ville en 1781.

Justifie-t-elle au moins cette dernière qualification ? À peine, en vérité ! Point de monuments, des rues étroites et sales pour la plupart, des maisons peu confortables, des hôtels, dont il ne paraît pas que les voyageurs aient jamais imaginé de faire l’éloge.

En somme, la question d’édilité importait peu à la famille Cascabel. Est-ce que sa maison roulante ne lui paraissait pas préférable à toute autre ? Elle ne l’eût changée ni pour l’hôtel Saint-Nicolas de New York, ni pour le Grand-Hôtel de Paris.

« Pensez donc ! répétait-il. La Belle-Roulotte est venue de Sacramento à Perm’ !… Rien que cela, s’il vous plaît !… Montrez-moi donc un de vos hôtels de Paris, de Londres, de Vienne ou de New York, qui en ait jamais fait autant ! »

Que voulez-vous répondre à des arguments de ce genre ?

Donc, ce jour-là, Perm s’était accrue d’une maison, au beau milieu de sa grande place, avec l’autorisation du gouverneur civil — personnage dont les fonctions équivalent à celles de préfet d’un département de la France. Ce personnage n’avait rien trouvé de suspect dans les papiers concernant la troupe Cascabel.

Dès l’arrivée de la Belle-Roulotte, la curiosité s’en était mêlée. Des saltimbanques français, qui venaient du fond de l’Amérique, avec une voiture traînée par un attelage de rennes !… Aussi l’habile directeur comptait-il tirer grand profit de l’empressement du public.

Précisément la foire de Perm battait son plein et devait durer quelques jours encore. Il y avait donc là quelques fructueuses recettes assurées. Mais il ne fallait pas perdre de temps, puisqu’il s’agissait de gagner — à Perm d’abord, à Nijni ensuite —, l’argent nécessaire au retour en France. Plus tard, on verrait. À la grâce de Dieu, qui, d’ailleurs, s’était toujours montré extrêmement gracieux pour la famille Cascabel.