Ouvrir le menu principal

Page:Verne - César Cascabel, 1890.djvu/405

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
392
césar cascabel.


— Je regrette qu’Ortik et Kirschef connaissent ce secret ! répondit-il. Mais, puisque le hasard le leur a livré, je suis sûr qu’ils ne le trahiront pas !

— Ce n’est point le hasard qui leur a fait connaître ce secret, dit Kayette, et ils le trahiront !

— Eux !… D’honnêtes marins !…

— Monsieur Cascabel, reprit Kayette, le comte Narkine court les plus grands dangers !

— Hein ?

— Ortik et Kirschef sont deux malfaiteurs, qui appartenaient à la bande Karnof. Ce sont eux qui ont attaqué le comte Narkine sur la frontière alaskienne. Après s’être embarqués à Port-Clarence pour passer en Sibérie, ils ont été jetés sur les îles Liakhoff, où nous les avons rencontrés. Ce qu’ils veulent du comte Narkine, dont la vie est en danger s’il est reconnu sur le territoire russe, c’est une partie de sa fortune, et, s’il refuse, ils le dénonceront !… Alors M. Serge est perdu, et vous aussi peut-être !… »

Tandis que M. Cascabel, accablé par cette révélation, gardait le silence, Kayette lui expliqua comment les deux matelots avaient toujours excité ses soupçons. Ce n’était que trop vrai qu’elle eût déjà entendu la voix de Kirschef… Maintenant, elle se souvenait… C’était sur la frontière de l’Alaska, au moment où les deux scélérats attaquaient le comte Narkine, sans savoir, d’ailleurs, que ce fût un Russe réfugié en Amérique. Et alors, l’une de ces dernières nuits, pendant qu’ils étaient chargés de veiller sur le campement, Kayette les avait vus s’éloigner avec un homme qui venait de les rejoindre, elle les avait suivis, elle avait assisté à un entretien entre eux et sept à huit de leurs anciens complices… Tous les projets d’Ortik étaient dévoilés… Après avoir conduit la Belle-Roulotte à travers ce défilé de la Petchora, où il était certain de rencontrer nombre de bandits, il avait résolu de massacrer M. Serge et toute la famille Cascabel… Mais, depuis qu’il avait appris que M. Serge était le comte Narkine, il s’était dit qu’il valait mieux le contraindre à