Ouvrir le menu principal

Page:Verne - César Cascabel, 1890.djvu/357

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
346
césar cascabel.

très bien !… Mais ne nous négligeons pas !… Pensons à la foire de Perm !… Il y va de l’honneur de la famille Cascabel ! »

En somme, le voyage s’était accompli sans trop de fatigues depuis que la Belle-Roulotte avait quitté l’embouchure de la Lena. Parfois, elle avait à contourner d’épaisses forêts de pins et de bouleaux, qui variaient la monotonie de ces plaines et à travers lesquelles elle n’eût point trouvé passage.

En somme, le pays était presque désert. On faisait des lieues sans rencontrer un hameau ni une ferme. La densité de la population de cette contrée est extrêmement faible, et le district de Berëzovo, qui est le plus riche, ne compte que quinze mille habitants sur une superficie de trois mille kilomètres. En revanche, et peut-être pour cette raison, le gibier pullule dans la campagne.

M. Serge et Jean purent donc se livrer à toute leur ardeur pour la chasse, en même temps qu’ils approvisionnaient l’office de Mme Cascabel. Le plus souvent, Ortik les accompagnait et faisait preuve d’une remarquable adresse. Les lièvres, c’est par milliers qu’ils courent la steppe, sans parler du gibier de plume, dont les bandes sont innombrables. Il y avait aussi des élans, des daims, des rennes sauvages, même des sangliers de grande taille, bêtes très redoutables que les chasseurs s’abstinrent prudemment de débucher.

Quant aux oiseaux, c’étaient des canards, des plongeons, des oies, des grives, des gélinottes de bruyère, des poules de coudrier, des cigognes, des perdrix blanches. Un choix à faire, comme on le voit ! Aussi, lorsque le coup de fusil s’était égaré sur quelque gibier peu comestible, Cornélia l’abandonnait-elle aux deux chiens, qui s’en accommodaient volontiers.

De cette abondance de venaison fraîche, il résultait donc que l’on faisait bonne chère — trop bonne même. Ce qui amenait M. Cascabel à prêcher la sobriété à ses artistes.

« Enfants, prenez garde d’engraisser !… répétait-il ! La graisse, c’est la ruine des articulations !… C’est le fléau de l’acrobate !… Vous mangez trop !… Que diable, de la modération !… Sandre, il me semble