Ouvrir le menu principal

Page:Verne - César Cascabel, 1890.djvu/312

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
301
hivernage.


Il est à propos, ici, d’insister sur ce fait, que les habitants des îles Liakhoff sont non seulement idolâtres, mais extrêmement superstitieux, qu’ils rapportent tout à leurs divinités, et obéissent en aveugles aux idoles fabriquées de leurs propres mains. Cette idolâtrie passe toute croyance, et, entre tous, le grand chef Tchou-Tchouk pratiquait sa religion avec un fanatisme que ses sujets partageaient volontiers.

Chaque jour, Tchou-Tchouk se rendait à une sorte de temple, ou plutôt de lieu sacré, nommé le Vorspük, c’est-à-dire « la grotte aux prières ». Les divinités, représentées par de simples poteaux de bois peinturluré, étaient rangées au fond d’une excavation rocheuse, dans laquelle les indigènes se prosternaient tour à tour. Ils ne poussaient point l’intolérance jusqu’à interdire aux étrangers de s’approcher du Vorspük ; au contraire, ils les invitaient à venir. Aussi M. Serge et ses compagnons purent-ils satisfaire leur curiosité en visitant les idoles néo-sibériennes.

À l’extrémité de chacun de ces poteaux grimaçaient de hideuses têtes de volatiles, yeux ronds et rouges, becs formidables largement ouverts, crêtes osseuses qui se recourbaient en cornes. Les fidèles venaient s’étendre au pied de ces poteaux, ils y collaient leurs oreilles, ils faisaient leurs prières et, bien que le dieu ne leur eût jamais répondu, ils s’en allaient avec la persuasion d’avoir entendu sa réponse — réponse généralement conforme à la secrète pensée de l’adorateur. Lorsqu’il s’agissait d’une question relative à quelque nouveau tribut que Tchou-Tchouk voulait imposer à ses sujets, ce roublard ne manquait pas d’obtenir l’approbation céleste, et pas un de ses sujets n’eût résisté à un ordre venu de si haut.

Un jour de chaque semaine, il y avait une cérémonie religieuse plus importante, en ce sens que les indigènes s’y rendaient en grande pompe. Qu’il fit un froid intense, que le chasse-neige se déchaînât avec une violence de coups de faux, lancés au ras du sol, personne n’hésitait à suivre Tchou-Tchouk au Vorspük. Et, depuis l’arrivée de la Belle-Roulotte, sait-on comment hommes et femmes s’accoutraient pour ces solennités ? Avec les oripeaux volés à la famille, qu’ils portaient par-