Ouvrir le menu principal

Page:Verne - César Cascabel, 1890.djvu/282

Cette page a été validée par deux contributeurs.
271
du 16 novembre au 2 décembre.


Que ne s’était-il arrêté à l’entrée de cette baie ! De là, il eût été facile encore de rejoindre la province des Ioukaghirs, dans laquelle Kabatchkova, Nijne-Kolymsk et autres bourgades auraient accueilli les naufragés. Un attelage de rennes aurait pu être conduit jusqu’au lieu d’hivernage et ramener la Belle-Roulotte sur le continent. Mais étant donné la vitesse de la dérive, M. Serge comprenait bien que cette baie avait dû être laissée en arrière, et aussi les embouchures de la Tchoukotchia et de l’Alazeïa. Pour l’arrêter, la carte n’offrait plus que le barrage de ces archipels connus sous la dénomination d’îles d’Anjou, îles Liakhoff, îles de Long. Et, sur ces îles, inhabitées pour la plupart, comment trouverait-on les ressources nécessaires à un rapatriement du personnel et du matériel ? Cela vaudrait mieux, pourtant, que d’aller se perdre dans les extrêmes parages des régions polaires !

Le mois de novembre venait de finir. Il y avait trente-neuf jours que la famille Cascabel avait quitté Port-Clarence pour s’aventurer à travers le détroit de Behring. Sans la rupture de l’icefield, elle eût pris terre à Numana depuis cinq semaines déjà. Et, maintenant, arrivée dans les provinces méridionales de la Sibérie, quelque bourgade lui aurait offert un refuge assuré contre les dangers de l’hiver arctique.

Cependant la dérive ne pouvait durer longtemps. Le froid s’accentuait graduellement, et le thermomètre descendait sans oscillations. Examen fait de l’îlot de glace. M. Serge put constater qu’il s’accroissait chaque jour par l’adjonction des morceaux d’icebergs, au milieu desquels il se frayait un passage. Sa surface s’était élargie d’un tiers, et même, dans la nuit du 30 novembre au 1er décembre, un énorme bloc vint se souder à lui par l’arrière. La base de ce bloc plongeait assez profondément sous les eaux et le courant lui imprimait une vitesse supérieure, il en résulta que le glaçon dut faire un demi-tour et le suivit, comme s’il eut été à sa remorque.

Avec les froids plus vifs et plus secs, le ciel s’était complètement